Literaturpreis Hommage à la Franceder Stiftung Brigitte Schubert-Oustry

Marion Messina Copyright @ Le Dilettante

Mardi 29 septembre 2020

„Faux départ“ : rencontre avec l’écrivain Marion Messina

Lecture en français et en allemand
Modération: Agnès Masson, Prix littéraire Hommage à la France de la Fondation Brigitte Schubert-Oustry

Ma foi, qu’est-ce donc que la vie, la vie qu’on vit ? D’expérience, elle a la douceur d’un airbag en béton et la suavité d’un démaquillant à la soude, la vie ne serait-elle qu’une épaisse couche d’amertume sur le rassis d’une tartine de déception ? Pas moins, pas plus ? C’est en tout cas la démonstration que nous livre Marion Messina, l’Emmanuel Bove de ces temps, dans Faux départ, son premier roman, paru en allemand sous le titre Fehlstart (Hanser Verlag).

À ma gauche, Aurélie, à ma droite Alejandro ! Entre la Grenobloise de toute petite extraction qui crève la bulle d’ennui dans une fac facultative, souffre-douleur d’un corps en plein malaise, et le Colombien expatrié, ça s’aime un temps mais ça casse vite. D’aller de Paris en banlieue et de banlieue à Paris, d’œuvrer comme hôtesse d’accueil, de manger triste, coucher cheap et vivre en rase-motte,  rencontrer Franck puis Benjamin ne change que peu de choses à l’affaire. Renouer avec Alejandro ne modifie guère la donne : l’amour fou, la vie inimitable, le frisson nouveau sont toujours à portée de corps, mais jamais atteints. Toujours en phase d’approche, jamais d’alunissage.

Marion Messina décrit cette frustration au quotidien avec une rigueur d’entomologiste. Que voulez-vous, la vie fait un drôle de bruit au démarrage. Jamais on ne passe la seconde. Faux départ, telle est la règle.

Pauline Altendorf est la voix de Marion Messina en allemand.

Marion Messina est née à Grenoble en 1990. Titulaire d’un BTS agricole, Marion Messina a été pigiste et étudiante en science politique. « Faux départ » (2017, Le Dilettante) son premier roman, est une ode à l’espérance pour une génération frappée de plein fouet par le déclassement et la crise économique. Aujourd’hui, elle collabore à Marianne et à la revue Le Comptoir.